vendredi 18 février 2011

Collecte des Restos du Coeur, 4 et 5 mars 2011

Le 29 novembre 2010, les Restos du Coeur lançaient leur 26ème campagne. On peut admirer la longévité en se disant que c'est une association pérenne qui a su gagner la confiance du public. Mais on peut aussi regretter qu'on ait encore besoin aujourd'hui de ces campagnes. Pour autant, il est parfaitement inutile d'en rester à de longs regrets et de soupirer de dépit devant le maintien d'un besoin bien réel, ainsi que de sa malheureuse progression. Oui, il y a toujours des personnes qui ont besoin de ces distributions de repas. Baisser les bras n'arrangera rien.

Fort de ce constat, pourquoi ne pas encore faire preuve de la générosité dont les Restos du Coeur ont besoin ? Et pour cela, plusieurs façons, à commencer par répondre à cette campagne. Les blogueurs peuvent y contribuer avec leur outil favori : le billet ! Ainsi que le relais de l'information. N'oublions pas que sous le label "Les Restaurants du Coeur", il y a ce petit sous-titre : "les relais du coeur". Aussi, relayons !

jeudi 17 février 2011

"Tous bénévoles !" Hors-série à lire

Chose dite, chose faite. J'ai acheté en kiosque le hors-série du magazine La Vie, titré "Tous bénévoles", fait en collaboration avec la Croix-Rouge française. 68 pages de lecture plus tard, l'impression est bonne. Pas de grandes nouvelles pour quelqu'un qui se tient au courant du monde du bénévolat. Mais en revanche, l'ensemble est plutôt bien amené et documenté pour qui se demande encore s'il doit, peut ou veut s'engager. L'expérience de la Croix-Rouge française, avec ses 52 000 bénévoles et son ancienneté dans le paysage des organisations humanitaires internationales, est particulièrement significative. 

Lorsqu'on cherche soi-même des bénévoles ou que l'on a besoin de redéfinir l'engagement bénévole, ainsi que le message invitant à ce même engagement, il peut être bon de se détacher de sa propre organisation pour parvenir à élever le discours à un autre niveau : celui du bénévole et non plus seulement du besoin associatif.

lundi 14 février 2011

2011, l'année européenne du bénévolat et du volontariat

Ce qui a motivé le fait de me lancer à nouveau dans l'expérience du blog -après une ou deux tentatives plus ou moins refroidies par le manque d'intérêt réel de ces derniers-, c'est le bénévolat auquel je me livre sur la Péniche du Coeur. Du coup, 2011, année sanctifiée par l'Union Européenne comme étant celle du bénévolat et du volontariat, cela me replace dans une actualité que je savais riche, du fait de ses problématiques, mais également brûlante.

Et c'est heureux, parce que force est de constater qu'il faut véritablement soutenir cette activité, en faire la publicité et la sortir de son carcan mythologique.

jeudi 3 février 2011

Jeudi, c'est péniche.

Cela va finir par devenir une tradition. Peut-être un jour mettrais-je même en place le fameux système de badge que... je n'ai jamais évoqué sur ce blog en fait. Fichtre ! Il me faudra rattraper ça. Hop, post-it sur le bureau.

Pas de nouveaux rédacteurs ce jeudi. Les bénévoles que j'ai branché sur l'histoire ont un début d'année plutôt chargé et n'ont pas eu le temps de se pencher sur la question. Mais c'est en cours ! Sisi. Je crois. Je sens que la mobilisation ne va pas être si simple que ça. Les difficultés qu'on rencontre sur le net ne sont jamais que des extensions de celles qui existent dans le réel. Il va falloir que je trouve une démarche pour les impliquer. Mais bref ! Là n'est pas la question. 

mercredi 2 février 2011

Se démarquer au détriment du message ?

En revenant un peu sur les campagnes que j'ai découvert ou suivi sur le web, je me suis posée une question. Une association ne peut-elle, pour espérer lever des fonds de façon significative par internet, que frapper un grand coup, de campagnes en campagnes, ou doit-elle plutôt envisager de travailler sur la présence au long cours ?

Parce qu'il semblerait que pour le moment, le e-fundraising ne soit pas encore la panacée. On peut se faire une idée à partir des études listées sur le site de France Générosités, et en s'attardant un peu sur l'étude IFOP à l'initiative de l'Agence Limite à propos des donateurs en ligne (en date de décembre 2010). De même qu'une journée d'information proposée par France Générosités, en date du 1er décembre 2010 et intitulée : "Internet et générosités : pour le pire ou pour le meilleur ?", m'a appris que les fonds levés par de grands associations (telles que la Croix-Rouge ou Solidarité Sida) par internet ne représentent qu'environ 3% à l'heure actuelle. Ce qui est encore peu, même si cela tend apparemment à croître.

 

Blog Archive

Humailers

Solidarité Sida

Badge