mercredi 5 janvier 2011

L'e-mail : support solidaire sans efforts ?

Crédit : site 1site1clic.com
Reprenons l'année avec de bonnes habitudes. Je vais tâcher de rédiger un billet quotidien. Ce ne sont pas les thématiques qui manquent, le monde associatif étant en pleine effervescence et un vivier impressionnant d'innovations. Quand on a peu de moyens mais de grandes envies, la seule parade est l'imagination. Tout démontre dans ce que je découvre jour après jour que le milieu associatif n'en manque pas.

S'il est un outil incontournable d'internet, c'est bien le mail. Il a certainement été le premier élément de l'ensemble utilisé comme outil de base. Si on questionne sur les usages à l'égard d'internet, l'utilisation du mail reste très loin devant tous les autres (avec aujourd'hui, les réseaux sociaux). Dès lors, il n'a pas fallu longtemps pour que l'on comprenne le potentiel de cet outil en terme de communication externe.


Outil de communication qui allie rapidité, simplicité, accès permanent et immédiat (surtout avec le développement croissant des smartphones, avenir probable de la téléphonie), le flux d'informations qu'il génère sur la toile est très important. À titre personnel, je consulte mes mails plusieurs fois par jour, autant pour en envoyer que pour en recevoir. Ce que je fais beaucoup moins avec le courrier classique (mon aversion pour la poste allant croissante... mais passons). 

Je soutiens par virement mensuel Médecins Sans Frontières. Régulièrement, l'association m'envoie le journal m'informant de ce qui est fait et de ce qu'il faut faire. Avec cet envoi, je retrouve assez souvent de petits stickers aux couleurs de l'associations et à mon nom, qui peuvent être collés à l'arrière d'une lettre, là où on inscrit en général le nom de la personne qui envoie la lettre... en cas de perte. Outil promotionnel simple, qui allie la gratification personnelle pour l'adhérent (lequel affiche son soutien à une cause) à la publicité et la diffusion de la cause.

J'ai découvert quelques solutions partant du même principe pour les mails. Des outils proposent des sortes de stickers se greffant à la fin de son mail pour promouvoir des causes. J'entends déjà les hauts cris : "c'est de la publicité !", "je ne veux pas que n'importe quoi soit mis sur mes mails personnels, surtout s'ils sont professionnels", "on ne monnaye pas mon engagement pour une cause" etc...

Plusieurs réponses à cela : les solutions proposées, que je vais détailler, sont souvent des initiatives qui demandent à être évaluées. Donc oui, il n'y a pour le moment pas beaucoup de recul, et peut-être pas encore beaucoup de contrôles. Cela étant, l'engagement est souvent également assez minime. S'il s'agit bien d'une forme de publicité, il faut également songer à la destination de cette publicité. Est-ce que parce qu'il s'agit d'association, il faut à tout prix éviter d'user des méthodes plus classiques de marketing ? Personnellement, je ne le crois pas. S'il faut s'imposer des règles déontologiques sévères (au risque sinon de se couper soi-même l'herbe sous le pied, car les associations faisant appel à la générosité du public reposent en général sur la promotion de hautes valeurs morales), rien n'interdit de s'inspirer de formules qui marchent dans le marketing marchand. Si l'objectif n'est pas le même, les moyens peuvent être reproduits. Mais cela supposerait un autre débat, tant le sujet peut être sensible sur la question.

Pour aller plus loin, je vais détailler deux expériences auxquelles j'ai souscrit. Commençons par Humailers. Le principe est simple : 

  • la personne qui s'engage accepte de recevoir un certain nombre de mails (jusqu'à 7) chaque semaine de la part d'annonceurs en partenariat avec Humailers. Et à les ouvrir. Sinon, ça ne marche pas, évidemment.
  • Ce ne sont pas les annonceurs qui disposent de notre mail, mais Humailers (à charge après pour chacun de voir s'il souhaite ou non laisser son adresse mail à l'annonceur en participant aux promotions ou autres proposées). 
  • Il est possible de se désabonner quand on le souhaite. 
  • Sa boîte mail n'est pas spammée, puisqu'on ne reçoit QUE le nombre de mails acceptés.
Au final, ce que propose Humailers, c'est de donner le choix de recevoir de la publicité (qu'on peut rendre ciblée en affinant son profil), en nombre limité, et de participer à un don final correspondant à 40% des bénéfices éventuellement générés par les mails.

Maintenant, à partir de ça, que répondre aux éventuelles récriminations ? Nous consommons tous de la pub sur internet (même si adblocks tend à limiter le problème). Rien que le fait d'avoir un webmail nous soumet à la présence d'une pub plus ou moins ciblée. Ne parlons même pas de Facebook ! Ici, il est possible d'accepter de recevoir une publicité qui pourrait éventuellement nous intéresser (ex : aujourd'hui, j'ai reçu mon premier mail annonceur Humailers pour une marque de café. C'est une publicité qui pouvait m'intéresser et que j'ai donc consulté. Bilan : une bonne opération pour les associations partenaires et un bon de réduction pour moi sur le produit).

Lorsqu'on est déjà consommateur sur le net, il est très facile d'accepter de recevoir une publicité qui n'est pas le dernier jeu de poker en ligne, en gros, de gérer soi-même sa consommation publicitaire. En outre, si la publicité est une activité à visée marchande, n'est-il pas pertinent qu'une partie de ces bénéfices soit reversée au bénéfice des associations partenaires plutôt qu'intégralement dans la poche des annonceurs ? Il est grand temps de sortir de la problématique honteuse du : "ça génère des profits, les associations sont au-dessus de ça" ou encore "on ne devrait pas avoir besoin de carottes pour soutenir une cause" (sur ce point, il ne faut pas être fin psychologue pour savoir qu'il y a toujours une raison derrière une action, et c'est rarement l'abnégation absolue). C'est une opération qui ne coûte rien à l'utilisateur sinon un peu de mail supplémentaire qu'il peut choisir au final d'ignorer si ça ne l'intéresse vraiment pas.

J'invite à lire cet article de Xulux : Rencontre avec les initiateurs d'Humailers.


MailForGood reprend exactement le principe des stickers à coller sur les enveloppes. On associe une adresse mail à un compte Mail For Good. Deux formules : pour les entreprises et pour les particuliers, celle qui nous intéressera ici. On installe un plugin à son navigateur, si on utilise un webmail, ou à son client mail. On choisit les associations que l'on désire soutenir parmi les 12 associations proposées. À chaque mail envoyé vient se greffer une bannière qui promeut la cause défendue, ce qui permet pour l'association de recevoir ensuite 50% des recettes publicitaires engrangées par Mail For Good.

En gros, le geste est d'une grande simplicité. Il est devenu tellement usuel d'envoyer des mails que cela ne demande aucun effort supplémentaire de la part de l'internaute. Une fois encore, on peut dire : "oui mais, cela reste de l'argent liée à la publicité"... cette récrimination doit vraiment disparaître... parce qu'elle tue dans l'oeuf bien des initiatives dont les associations pourraient bénéficier. Il ne faut pas se leurrer, les associations ont besoin d'argent. Si on peut en générer via la publicité sur la base d'un geste réfléchi de la part des personnes utilisant ces services, c'est la bonne voie.

Un article assez complet d'une utilisatrice sur Méli-Mélo.


4 commentaires:

Danae a dit…

J'aime bien le système des stickers. Et comme on associe l'adresse mail que l'on veut à la cause, pas obligé d'avoir l'adresse professionnelle, par exemple, qui ait la bannière. Question : est-ce qu'il faut que le destinataire du mail clique sur la bannière, ou bien c'est comptabilisé direct ?

Le Toon a dit…

C'est comptabilisé direct. En effet, MailForGood est un service proposé aux annonceurs qui payent pour publier leurs annonces. 50% des bénéfices générés sont reversés aux 12 associations parmi lesquelles on peut choisir.
Notons que le plugin qui s'ajoute à son navigateur, si on utilise un webmail, permet de choisir si pour un mail donné on place la bannière ou non. Dès lors, même s'il s'agit d'un mail professionnel sur lequel on préfère ne pas voir une publicité, il est possible de désactiver la chose. C'est donc gratuit pour la personne qui adjoint ce petit module à ces mails et c'est potentiellement très profitable pour les associations.

Humailers a dit…

Merci pour cet article, juste une petite précision, nous reversons 40% des recettes (donc du CA) et non des bénéfices :-) ce qui fait un don plus important pour les associations. En tous cas chez humailers, votre style d'écriture nous a séduit! A bientôt et n'hésitez pas a nous donner vos impressions sur le service après plusieurs semaines d'utilisation.
Cyril

ALG a dit…

Merci pour cette précision ! Et c'est effectivement bien mieux pour les associations. Merci également pour le retour sur mon style d'écriture, ça fait plaisir ! Je n'hésiterais pas à donner des retours d'usage :).

Enregistrer un commentaire

 

Blog Archive

Humailers

Solidarité Sida

Badge